Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

Ce dimanche 3 mai, le pape François nous invite à prier pour les vocations à l’occasion de la 57ème journée mondiale de prière pour les vocations. www.vocations.be vous propose un article, le signet, confectionné pour cette Journée Mondiale et une veillée de prière, sous format PDF. Le message du pape François est téléchargeable ici

Message du Pape pour la 57ème Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

Comme chaque année depuis 1964, le 4ème dimanche de Pâques, lors duquel est proclamé l’Evangile du Bon Pasteur, a lieu la journée mondiale de prière pour les vocations. En 2020, ce sera donc le dimanche 3 mai. A cette occasion, le Pape François nous adresse un message intitulé « Les Paroles de la Vocation » que vous trouverez ci-après. Le Service National pour l’Evangélisation des Jeunes et pour les Vocations propose un certain nombre d’outils pour animer cette journée mais aussi permettre l’éveil vocationnel tout au long de l’année.

Prière

« Père, tu as façonné notre monde aux couleurs de ton amour. Tu as confié à l’homme et la femme la mission de parachever ta création, dans la liberté et la créativité. Aujourd’hui, nous voulons puiser à la source de ton Espérance : fais de nous des collaborateurs de ton œuvre ! Jésus-Christ, notre Seigneur, tu es venu sur notre terre. En partageant nos joies et nos peines, tu as goûté la saveur de notre humanité. Tu as invité des disciples à t’accompagner sur le chemin. Aujourd’hui, nous voulons puiser à la source de ta prière : appelle à ta suite de nouveaux apôtres ! Esprit-Saint, foyer d’amour, tu ne cesses de souffler sur notre humanité. Tu suscites des projets de fraternité, des désirs de solidarité, des rêves de paix. Aujourd’hui, nous voulons puiser à la source de ta joie : entraîne en ton souffle toutes nos énergies ! Et que des hommes et des femmes aient l’audace de s’engager, joyeux témoins de ta Bonne Nouvelle pour notre monde ! »

Vocations.be

Homélie du pape François prononcée ce vendredi 27/03

Homélie du pape François prononcée ce vendredi soir

Face à la pandémie du coronavirus Covid-19, le pape François a donné une bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle ce vendredi 27 mars

« Le soir venu » (Mc 4, 35). Ainsi commence l’Evangile que nous avons écouté. Depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus. Comme les disciples de l’Evangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Dans cette barque… nous nous trouvons tous. Comme ces disciples qui parlent d’une seule voix et dans l’angoisse disent : « Nous sommes perdus » (v. 38), nous aussi, nous nous nous apercevons que nous ne pouvons pas aller de l’avant chacun tout seul, mais seulement ensemble.

Il est facile de nous retrouver dans ce récit. Ce qui est difficile, c’est de comprendre le comportement de Jésus. Alors que les disciples sont naturellement inquiets et désespérés, il est à l’arrière, à l’endroit de la barque qui coulera en premier. Et que fait-il ? Malgré tout le bruit, il dort serein, confiant dans le Père – c’est la seule fois où, dans l’Evangile, nous voyons Jésus dormir –. Puis, quand il est réveillé, après avoir calmé le vent et les eaux, il s’adresse aux disciples sur un ton de reproche : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » (v. 40).

Cherchons à comprendre.

En quoi consiste le manque de foi de la part des disciples, qui s’oppose à la confiance de Jésus ? Ils n’avaient pas cessé de croire en lui. En effet, ils l’invoquent. Mais voyons comment ils l’invoquent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » (v. 38). Cela ne te fait rien : ils pensent que Jésus se désintéresse d’eux, qu’il ne se soucie pas d’eux. Entre nous, dans nos familles, l’une des choses qui fait le plus mal, c’est quand nous nous entendons dire : “Tu ne te soucies pas de moi ?”. C’est une phrase qui blesse et déclenche des tempêtes dans le cœur. Cela aura aussi touché Jésus, car lui, plus que personne, tient à nous. En effet, une fois invoqué, il sauve ses disciples découragés.

La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités. Elle nous démontre comment nous avons laissé endormi et abandonné ce qui alimente, soutient et donne force à notre vie ainsi qu’à notre communauté. La tempête révèle toutes les intentions d’“emballer” et d’oublier ce qui a nourri l’âme de nos peuples, toutes ces tentatives d’anesthésier avec des habitudes apparemment “salvatrices”, incapables de faire appel à nos racines et d’évoquer la mémoire de nos anciens, en nous privant ainsi de l’immunité nécessaire pour affronter l’adversité. À la faveur de la tempête, est tombé le maquillage des stéréotypes avec lequel nous cachions nos “ego” toujours préoccupés de leur image ; et reste manifeste, encore une fois, cette appartenance commune (bénie), à laquelle nous ne pouvons pas nous soustraire : le fait d’être frères. « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? ».

Seigneur, ce soir, ta Parole nous touche et nous concerne tous. Dans notre monde, que tu aimes plus que nous, nous sommes allés de l’avant à toute vitesse, en nous sentant forts et capables dans tous les domaines. Avides de gains, nous nous sommes laissé absorber par les choses et étourdir par la hâte. Nous ne nous sommes pas arrêtés face à tes rappels, nous ne nous sommes pas réveillés face à des guerres et à des injustices planétaires, nous n’avons pas écouté le cri des pauvres et de notre planète gravement malade. Nous avons continué notre route, imperturbables, en pensant rester toujours sains dans un monde malade. Maintenant, alors que nous sommes dans une mer agitée, nous t’implorons : “Réveille-toi Seigneur !”.

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? ». Seigneur, tu nous adresses un appel, un appel à la foi qui ne consiste pas tant à croire que tu existes, mais à aller vers toi et à se fier à toi. Durant ce Carême, ton appel urgent résonne : “Convertissez-vous”, « Revenez à moi de tout votre cœur » (Jl 2, 12). Tu nous invites à saisir ce temps d’épreuve comme un temps de choix. Ce n’est pas le temps de ton jugement, mais celui de notre jugement : le temps de choisir ce qui importe et ce qui passe, de séparer ce qui est nécessaire de ce qui ne l’est pas. C’est le temps de réorienter la route de la vie vers toi, Seigneur, et vers les autres. Et nous pouvons voir de nombreux compagnons de voyage exemplaires qui, dans cette peur, ont réagi en donnant leur vie. C’est la force agissante de l’Esprit déversée et transformée en courageux et généreux dévouements. C’est la vie de l’Esprit capable de racheter, de valoriser et de montrer comment nos vies sont tissées et soutenues par des personnes ordinaires, souvent oubliées, qui ne font pas la une des journaux et des revues ni n’apparaissent dans les grands défilés du dernier show mais qui, sans aucun doute, sont en train d’écrire aujourd’hui les évènements décisifs de notre histoire : médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarchés, agents d’entretien, fournisseurs de soin à domicile, transporteurs, forces de l’ordre, volontaires, prêtres, religieuses et tant et tant d’autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul. Face à la souffrance, où se mesure le vrai développement de nos peuples, nous découvrons et nous expérimentons la prière sacerdotale de Jésus : « Que tous soient un » (Jn 17, 21).

Que de personnes font preuve chaque jour de patience et insuffle l’espérance, en veillant à ne pas créer la panique mais la coresponsabilité ! Que de pères, de mères, de grands-pères et de grands -mères, que d’enseignants montrent à nos enfants, par des gestes simples et quotidiens, comment affronter et traverser une crise en réadaptant les habitudes, en levant les regards et en stimulant la prière ! Que de personnes prient, offrent et intercèdent pour le bien de tous. La prière et le service discret : ce sont nos armes gagnantes !

« Pourquoi avez-vous peur ? N’avez-vous pas encore la foi ? ». Le début de la foi, c’est de savoir qu’on a besoin de salut. Nous ne sommes pas autosuffisants ; seuls, nous faisons naufrage : nous avons besoin du Seigneur, comme les anciens navigateurs, des étoiles. Invitons Jésus dans les barques de nos vies. Confions-lui nos peurs, pour qu’il puisse les vaincre. Comme les disciples, nous ferons l’expérience qu’avec lui à bord, on ne fait pas naufrage. Car voici la force de Dieu : orienter vers le bien tout ce qui nous arrive, même les choses tristes. Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu la vie ne meurt jamais. Le Seigneur nous interpelle et, au milieu de notre tempête, il nous invite à réveiller puis à activer la solidarité et l’espérance capables de donner stabilité, soutien et sens en ces heures où tout semble faire naufrage. Le Seigneur se réveille pour réveiller et raviver notre foi pascale. Nous avons une ancre : par sa croix, nous avons été sauvés. Nous avons un gouvernail : par sa croix, nous avons été rachetés. Nous avons une espérance : par sa croix, nous avons été rénovés et embrassés afin que rien ni personne ne nous sépare de son amour rédempteur. Dans l’isolement où nous souffrons du manque d’affections et de rencontres, en faisant l’expérience du manque de beaucoup de choses, écoutons une fois encore l’annonce qui nous sauve : il est ressuscité et vit à nos côtés.

Le Seigneur nous exhorte de sa croix à retrouver la vie qui nous attend, à regarder vers ceux qui nous sollicitent, à renforcer, reconnaître et stimuler la grâce qui nous habite. N’éteignons pas la flamme qui faiblit (cf. Is 42, 3) qui ne s’altère jamais, et laissons-la rallumer l’espérance.

Embrasser la croix, c’est trouver le courage d’embrasser toutes les contrariétés du temps présent, en abandonnant un moment notre soif de toute puissance et de possession, pour faire place à la créativité que seul l’Esprit est capable de susciter. C’est trouver le courage d’ouvrir des espaces où tous peuvent se sentir appelés, et permettre de nouvelles formes d’hospitalité et de fraternité ainsi que de solidarité. Par sa croix, nous avons été sauvés pour accueillir l’espérance et permettre que ce soit elle qui renforce et soutienne toutes les mesures et toutes les pistes possibles qui puissent aider à nous préserver et à sauvegarder. Étreindre le Seigneur pour embrasser l’espérance, voilà la force de la foi, qui libère de la peur et donne de l’espérance.

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Chers frères et sœurs, de ce lieu, qui raconte la foi, solide comme le roc, de Pierre, je voudrais ce soir vous confier tous au Seigneur, par l’intercession de la Vierge, salut de son peuple, étoile de la mer dans la tempête. Que, de cette colonnade qui embrasse Rome et le monde, descende sur vous, comme une étreinte consolante, la bénédiction de Dieu. Seigneur, bénis le monde, donne la santé aux corps et le réconfort aux cœurs. Tu nous demandes de ne pas avoir peur. Mais notre foi est faible et nous sommes craintifs. Mais toi, Seigneur, ne nous laisse pas à la merci de la tempête. Redis encore : « N’ayez pas peur » (Mt 28, 5). Et nous, avec Pierre, “nous nous déchargeons sur toi de tous nos soucis, car tu prends soin de nous” (cf. 1P 5, 7).

Pape François

Temps de prière et bénédiction exceptionnelle du Pape François

Le Pape a annoncé qu’il présiderait un temps de prière ce vendredi 27 mars à 18h sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. La Place Saint-Pierre sera vide, mais François invite tout le monde à s’y associer grâce aux médias, car cette célébration sera retransmise à la radio, à la télévision et sur internet.

«Nous écouterons la Parole de Dieu, nous élèverons notre supplication, nous adorerons le Saint-Sacrement, avec lequel je donnerai à la fin la bénédiction Urbi et Orbi, à laquelle sera attachée la possibilité de recevoir l’indulgence plénière.»

Cette initiative est tout à fait exceptionnelle, la bénédiction Urbi et Orbi n’étant normalement prononcée qu’à Noël, à Pâques et lors de l’élection d’un nouveau Souverain pontife.

«À la pandémie du virus nous voulons répondre avec l’universalité de la prière, de la compassion, de la tendresse. Restons unis. Faisons sentir notre proximité pour les personnes les plus seules et les plus éprouvées. Notre proximité pour les médecins, les opérateurs de santé, les infirmiers et infirmières, les volontaires… Notre proximité pour les autorités qui doivent prendre des mesures difficiles, mais pour notre bien. Notre proximité aux policiers, aux soldats qui cherchent à maintenir l’ordre sur la route, pour que s’accomplissent les choses que le gouvernement demande de faire pour le bien de nous tous. Proximité à tous», a lancé le Pape, sortant de son texte.

La vidéo du pape : Les jeunes à l’école de Marie

Le Pape confie chaque mois à son Réseau Mondial de Prière, des intentions qui expriment ses grandes préoccupations pour l’humanité et pour la mission de l’Église.

Pour les jeunes, en particulier ceux d’Amérique Latine, afin qu’à l’exemple de Marie ils
répondent à l’appel du Seigneur pour communiquer au monde la Joie de l’Evangile.

Et il ajoute: “Vous, les jeunes, vous avez en la Vierge Marie un motif de joie et une source d’inspiration.
Profitez de la Journée mondiale de la jeunesse de Panama pour contempler le Christ avec Marie. Que chacun dans sa langue prie le rosaire pour la paix.
Et demandez-lui la force de rêver et de travailler pour la paix.
Prions pour les jeunes, spécialement ceux d’Amérique latine, pour qu’en suivant l’exemple de Marie ils répondent à l’appel du Seigneur pour communiquer au monde la joie de l’Evangile.”

Sources : Réseau Mondial de Prière du Pape

Pape François – Janvier 2019

Dans “La Vidéo du Pape” de janvier 2019, juste avant que la Journée Mondiale de la jeunesse ne commence à Panama, le Pape François nous demande de prier pour l’évangélisation des jeunes, de façon à ce qu’ils travaillent pour la paix.

(Cité du Vatican – 8 janvier 2019) Au moment où des centaines de milliers de jeunes du monde entier sont en train d’arriver à Panama, pour la Journée mondiale de la jeunesse, qui a lieu du 22 au 27 janvier, le pape François nous demande de prier pour l’évangélisation des jeunes, de façon à ce qu’ils suivent l’exemple de Marie et soient fidèles à l’appel de Jésus à diffuser la joie de l’Evangile.

A l’initiative du Réseau Mondial de Prière du Pape, et en collaboration avec la Journée mondiale de la jeunesse, François invite à prier “ pour les jeunes, spécialement ceux d’Amérique latine, pour qu’en suivant l’exemple de Marie ils répondent à l’appel du Seigneur pour communiquer au monde la joie de l’Evangile ”.

A ces jeunes qui arrivent des pays les plus divers, le Pontife demande de surmonter leurs différences culturelles, économiques et sociales, et de trouver “en la Vierge Marie un motif de joie et une source d’inspiration”. Et il les invite à saisir l’occasion de “la Journée mondiale de la jeunesse de Panama pour contempler le Christ avec Marie ”.

Le Pape François les invite aussi à prier, chacun dans sa langue, “le rosaire pour la paix” et à demander la force de rêver.

 

Synode des jeunes

Dans le cadre de la préparation du prochain IMG-20170423-WA0005_jpgsynode des jeunes sur le thème «Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel», qui aura lieu en octobre 2018 à Rome, les évêques de Belgique ont adressé une lettre aux jeunes de notre pays. Objectif: aider les évêques à préparer le synode afin de remonter les attentes de la jeunesse au Vatican.

 
 

Message du pape François

« J’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. (…) L’Église désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que « souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur » (Règle de Saint Benoît III, 3). »

Outre, la lettre des évêques et un questionnaire qui peuvent être consultés et complétés via le site Cathobel, un nouveau site est désormais disponible afin de répondre en ligne au questionnaire de la Conférence épiscopale. Son adresse: Synodedesjeunes.be.

« Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs! », avait déclaré le pape François aux jeunes du monde entier lorsqu’il a annoncé ce synode des évêques.

Cette consultation de l’Eglise mondiale commence par une consultation dans chaque pays qui devrait être clôturée d’ici fin octobre 2017. « La démarche de préparation synodale est une très bonne nouvelle pour toutes les personnes en lien avec la jeunesse! Elle nous dynamise et nous stimule dans notre mission au service des jeunes et surtout peut nous aider à renouveler et ajuster nos pratiques », évoquent notamment Mgr Jean Kockerols, évêque référendaire pour les jeunes, Catherine Jongen, coordinatrice de la Liaison de la Pastorale des Jeunes (LPJ) et Sœur Marie-Jean, coordinatrice du Centre National des Vocations (CNV). Ils ajoutent: « Nous désirons vivement encourager, soutenir et accompagner ce qui va pouvoir se déployer autour de cette préparation synodale dans les diocèses, paroisses, mouvements de jeunes (scouts, guides, patro), communautés, prisons, mouvements variés, écoles, universités, kots à projets… Tous ceux qui se sentent concernés par la question des jeunes et de leur cheminement spirituel (parents, grands-parents, éducateurs…) sont largement invités à vivre ce chemin vers le synode. C’est la raison pour laquelle, nous vous proposons dans ce document des pistes concrètes: d’une part, le ‘document préparatoire’ à travailler entre ‘animateurs de jeunes’, de l’autre, un voire deux questionnaires à diffuser le plus largement et à faire remplir par les jeunes. »

Lire la lettre et les questionnaire des évêques

Lire la lettre du pape François aux jeunes

 

La terrible photo envoyée par le pape François

voeux du pape : photo nagasaki garcon portant son frère mort

Un enfant après l’explosion de Nagasaki portant sur son dos son petit frère mort: le pape François a choisi la manière forte pour appeler à la paix dans le monde.

En ce 1er janvier, le pape François a voulu marquer nos esprits. Il a choisi cette terrible photo pour appeler à la paix dans le monde.

Pour ces vœux, le souverain pontife a choisi de faire diffuser une photographie de Joseph Roger O’Donnell datée de 1945. Le cliché montre un enfant après l’explosion nucléaire qui a frappé Nagasaki. Il porte son petit frère mort accroché dans le dos et attend, avec un tragique pincement de lèvres, son tour au crématorium.

En commentaire, le pape a simplement inscrit: “Le fruit de la guerre”. C’est bien entendu une manière pour lui de signifier son horreur des conflits armés et son aversion profonde pour les armes nucléaires. A ce titre, il avait récemment salué l’attribution du Nobel de la paix à l’Ican, cette campagne destinée à lutter contre la prolifération des armes atomiques.

“S’engager pour la protection de la dignité de toutes les personnes, en particulier, des plus faibles et défavorisées, signifie travailler avec détermination pour construire un monde sans armes nucléaires”

, avait-il alors déclaré.

Le pape François a invité lundi les fidèles catholiques à prier pour un avenir de paix en 2018, y compris pour les migrants et réfugiés, à l’occasion de sa première bénédiction de l’Angelus cette année.

http://www.bfmtv.com/societe/la-terrible-carte-de-voeux-du-pape-francois-pour-denoncer-la-guerre-1339180.html

Source : BFM TV.

Tweet du Pape François

L’Eglise souhaite être proche de chacun à travers l’amour, la compassion et le réconfort qui nous viennent du Christ.

La science exprime sa pleine dignité lorsqu’elle sert au développement intégral de la personne et de la famille humaine.

Pape François – 10/11/2017

Ces illustrations sont un moyen simple et accessible pour discuter, réfléchir, partager et prier autour des phrases du pape François qui, dans son style direct et compréhensible, sait réveiller en nous le baptisé endormi.

Olivier MORDEFROID : site “PONTIFEX en images”

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Enregistrer

Impliquez-vous

Juin 2017

Le Pape confie chaque mois à son Réseau Mondial de Prière, l’Apostolat de la Prière, des intentions qui expriment ses grandes préoccupations pour l’humanité et pour la mission de l’Eglise. Son intention de prière mensuelle (un mois l’intention est universelle, le mois suivant elle est pour l’évangélisation) est un appel mondial pour transformer notre prière en des «gestes concrets». Elle résume son plan d’action, pour nous mobiliser chaque mois, par la prière et par l’action, pour construire un monde plus humain et solidaire. En plus le Saint-Père propose en début de mois (1er Angélus), une intention en lien avec l’actualité, une intention de « dernière minute » qui nous fait sortir de la « globalisation de l’indifférence ».

epa03856590 Pope Francis in Saint Peter's square at the Vatican for the prayer vigil for peace, 07 September 2013. Pope Francis has called for a global day of fasting and prayer on Saturday for peace in Syria and against any armed intervention. EPA/ALESSANDRO DI MEO

Intention de prière universelle : Abolir le commerce des armes

Pour les responsables des nations afin qu’ils prennent des mesures efficaces pour mettre fin au commerce des armes cause de tant de victimes innocentes.

Paix. Ce mot résume tous les biens auxquels aspirent chaque personne et chaque société humaine. En ultime analyse, même l’engagement avec lequel nous nous efforçons de promouvoir les relations diplomatiques n’a d’autre but que celui-ci: faire avancer la paix au sein de la famille humaine, à travers le développement et la justice. Il s’agit d’un objectif jamais pleinement atteint, qui exige d’être recherché de façon toujours nouvelle par chaque génération, en affrontant les défis soulevés par chaque époque.

En considérant les défis qu’il est urgent d’affronter à notre époque pour édifier un monde plus pacifique, je voudrais en souligner deux : le commerce des armes et les migrations forcées.

Tout le monde parle de paix, tout le monde déclare la vouloir mais, malheureusement, la prolifération d’armements en tout genre conduit dans la direction opposée. Le commerce des armes a pour effet de compliquer et d’éloigner la solution des conflits, d’autant plus qu’il se développe et s’exerce en grande partie en dehors du droit.

Lire la suite

Prière

Dieu, notre Père,
le monde si beau et harmonieux que tu as créé pour tes enfants
est toujours aussi éloigné de ce que Tu attends de nous.
Il y a toujours des guerres et des divisions,
qui très souvent éclatent et se maintiennent parce qu’elles rapportent de l’argent.
Le commerce des armes est l’un des principaux motifs pour lesquels les guerres se prolongent,
même avec le soutien des gouvernants des pays concernés.
Seigneur,
touche le cœur des gouvernants,
qui ne veulent pas voir le commerce des armes,
qu’ils considèrent les conséquences du butin qu’il occasionne :
les destructions et la mort de tant d’innocents.
Qu’avec ta grâce nos cœurs s’ouvrent à la paix et au bien de chaque être humain.

Défis pour le mois:

  • Prier pour la conversion de ceux qui vivent du commerce des armes et causent tant de victimes innocentes.
  • Chercher à connaître et faire connaître dans nos réseaux quels sont les circuits qui alimentent les guerres et comment ils fonctionnent.
  • Organiser dans notre communauté un temps de réflexion sur cette question, pour sensibiliser les personnes à ce drame.

Save

Le Pape François au cinéma

Bientôt sortira dans nos salles un film sur le destin extraordinaire d’un homme ordinaire. Ce sera une belle occasion de mieux connaître et comprendre notre Pape!

le-pape-francois-300x600-aleteiaQui se cache derrière le Pape François ?
Ana, jeune journaliste espagnole, est envoyée au Vatican pour couvrir le conclave de 2005. Elle fait alors la connaissance du Cardinal Jorge Mario Bergoglio, évêque de Buenos Aires, méconnu du grand public et outsider de l’élection. Se liant d’amitié, elle apprend à mieux connaître la vie d’un homme humble et atypique qui a voué sa vie aux luttes contre la dictature, la pauvreté, la drogue, l’esclavagisme moderne. Elle découvre petit à petit le parcours incroyable, depuis son enfance jusqu’à son élection de 2013, de celui qu’on appelle désormais le Pape François.

Pas besoin d’être catholique pour aimer le Pape François; il rassemble, il émerveille, il déroute parfois. Beaucoup sont touchés par sa personnalité, sa simplicité, sa bonté, son accueil des pauvres et la façon dont il dénonce injustices et violences. D’autres ne comprennent pas toujours les gestes qu’il pose. Ce film peut éclairer ceux qui sont décontenancés par le Pape, permettre à tous de mieux le comprendre et de l’apprécier plus encore mais il peut surtout toucher de nombreux cœurs, bien au-delà des frontières de l’Eglise.

Source : Communauté de l’Emmanuel