Pentecôte : Messe de la paroisse en live

La fête de la Pentecôte célèbre la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie « cinquantième »). Avant l’Ascension, le Christ avait annoncé aux apôtres : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

Pour les chrétiens, c’est la découverte incroyable d’une force nouvelle, celle de l’Esprit de Dieu, donnée en surabondance au baptême. L’Esprit fortifie, console, inspire, vivifie! Il nous conforte dans une foi vivante et joyeuse. C’est le meilleur des guides spirituels.

Vous retrouverez toutes les lectures et l’homélie du jour en cliquant sur ce lien

 

8ème dimanche de Pentecôte

Viens, Esprit Saint, emplis le cœur de tes fidèles...

Vénuste

1re lect. : Ac 2, 1-11
Ps : 103, 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34
2e lect. : 1 Co 12, 3b-7.12-13
Séquence
Évangile :
Jn 20, 19-23

 

Vous trouverez ci-dessous le feuillet des lectures et des demande de pardon et prières universelles de la messe en format PDF que vous pouvez télécharger et ou imprimer

Jean 20, 19-23 : le Souffle divin, l’Esprit de Jésus-Christ, vient ranimer le corps mort des disciples : morts de peur, ils avaient
fait de leur refuge un tombeau en se claquemurant dedans. L’effet est immédiat, le Souffle créateur les fait sortir pour répandre
à leur tour ce souffle reçu, si puissant qu’il est venu jusqu’à nous, plus de 2000 ans après. Le pardon est le don pascal par
excellence

Pentecôte – du grec : pentecostè, cinquante – le cinquantième jour après Pâques, était, chez les Juifs,
avec la Pâque et la fête des Tentes, une des trois grandes fêtes de pèlerinage. Une fête de la récolte du blé, devenue plus tard commémoration de l’Alliance du Sinaï. Car au départ c’était la fête de la moisson : on offrait les prémices de la récolte au Dieu qui donne semences, soleil, pluies et tout ce qui favorise la fécondité de la terre nourricière. C’était la fête de l’abondance et elle se célébrait 50 jours après la Pâque juive (50 étant le chiffre du jubilé : 7 x 7= 49 + 1 ; donc c’est la première année d’un nouveau cycle, comme il y a un lendemain du sabbat qui lance une nouvelle semaine ; c’est donc comme une nouvelle création, une nouvelle humanité). Et si Pâques célèbre la sortie de l’Egypte, on en vint à donner à cette fête de Pentecôte le
sens de la commémoration du don de la loi sur le Sinaï, quand Dieu fit de ces fuyards un peuple, son peuple, à
qui il donna la loi (une constitution pour une nation qui prend naissance).
Certains éléments de la fête juive ont été retenus par la liturgie chrétienne ; ainsi le thème de l’Alliance. Pâques et Pentecôte n’avaient pas de rapport direct dans le culte juif, la liturgie chrétienne les a unies. Pendant les premiers siècles, on n’a jamais considéré le jour de la Pentecôte comme une fête à part, mais comme le dernier jour de la grande fête de Pâques, un grand dimanche qui dure 50 jours. Plus tard, la Pentecôte se détacha du cycle pascal pour constituer un cycle particulier de huit jours, en imitation de l’octave de Pâques dont elle avait repris certains traits.

Homélie de Vénuste :

Méditation pour ce 8ème dimanche de Pentecôte

Pentecôte 8ième dimanche de Pâques

Pentecôte : en grec 50. Le cinquantième jour de Pâques. Pour rappel : le temps pascal se décline en trois mouvements : Résurrection– Jésus Vivant se fait voir à ses apôtres-, Ascension – Jésus Vivant dans la gloire de son Père- Pentecôte  Le Père et le Fils envoient  l’Esprit Saint sur les apôtres pour les seconder dans leur  mission.

La fête de la Pentecôte était connue en Canaan comme la fête de la première moisson, alors que la fête des semailles se  situait 50 jours plus tôt. Les hébreux gardèrent ces fêtes tout en leur donnant une nouvelle signification : les semailles devinrent l’Exode, appelé pâque, la libération de l’esclavage en Egypte et 50 jours après la moisson devint l’alliance sur le Sinaï avec le décalogue, fruit de l’Exode. Pour les chrétiens la pâque juive devint les Pâques, la Passion-Résurrection  et la Pentecôte la nouvelle alliance avec le don de l’Esprit qui se raconte dans les lectures d’aujourd’hui où il s’agit de l’histoire de l’Eglise-communauté mais aussi de  l’histoire de chacun de nous.

* Dans les Actes 50 jours après Pâques, les Douze étaient réunis tous ensemble assis (ayant retrouvé leur propre assise après la fuite du vendredi saint)  priant comme Jésus le leur avait demandé dans l’attente de la venue de l’Esprit promis par le Père. Soudain survint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent : la maison où ils se tenaient en fut toute remplie. Le vent -en grec pneuma signifie non seulement le souffle-vent, mais aussi l’esprit-. Le vent qu’on ne peut voir même si on en ressent le ‘dynamisme’, comme  l’esprit (de Dieu) invisible dont on sent  le dynamisme (en grec dunamis : dynamique est dans le NT le ‘quali’ de l’Esprit de Dieu : Dieu à l’œuvre en son Esprit dynamique. La maison où ils se tenaient remplie toute entière par le dynamisme du vent, n’est-ce pas là où les disciples de Jésus se réunissent ? La communauté.

Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Apparurent (en grec se firent voir’)…des langues qu’on aurait dites de feu – De nouveau des signes : la langue nous permet de parler comme notre Dieu qui nous parle, les langues réunies comme un faisceau, unité dans la parole, mais diversité aussi comme les flammes se partageant  sur chacun d’eux avec sa propre identité. Les langues sont de feu : feu symbole de l’ardeur dont on perçoit l’effet dans les flammes mais feu qu’on ne peut capter pas plus que le vent, pas plus que la source.

Tous furent remplis d’Esprit Saint et ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. –Le signe par excellence : être rempli d’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu comme lors de la Création de l’univers : l’Esprit qui pénètre les flots du chaos, lors de la Création de l’homme : le Créateur insuffle son souffle dans les narines de l’homme façonné par Dieu à partir de la terre glaise et l’homme devint un être vivant , lors de l’Esprit venant comme une ombre sur la Vierge Marie et Jésus fut conçu, lors du baptême de Jésus, l’Esprit venant comme une colombe sur Jésus pour lui faire entendre la parole du Père :  «Tu es mon Fils, en toi je me suis senti bien manifesté », voix qu’avec le dynamisme de l’Esprit Saint nous avons entendu lors de notre baptême. Mais il faut se mettre à parler en d’autres langues : miracle ? peut-être,  mais plutôt miracle que cette parole touchera le cœur de tous ceux qui l’entendront. Chacun s’exprime selon le don de l’Esprit :voilà le don que le Père donne à chacun de nous avec le but que nous puissions révéler que Dieu est le Dieu pour tous, dans l’unité de la foi et la diversité de nos talents

Or il y avait là des juifs religieux venant de toutes les nations sous le ciel. Ils entendent la voix qui retentissait. Ils se rassemblent et entendent chacun d’eux dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Stupéfaction et émerveillement : eux tous galiléens et chacun de nous entendons leurs paroles dans notre langue maternelle. Ils nous parlent et nous tous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. Déjà une allusion à la révélation de Dieu pour toutes les nations. Ici aussi l’attention de la foule porte sur le miracle des langues perçues par chacun, alors que les merveilles de Dieu sont que toutes les nations sont appelées par le Père à être enfants de Dieu. La Pentecôte dans les Actes est la naissance de l’Eglise, communauté des disciples de Jésus en tant qu’ouverte à tous les hommes.

Vient alors le premier discours de Pierre qui dira quelle est l’origine decette merveille : Jésus mort sur la croix et ressuscité par Dieu,  nous en sommes témoins. La foule répond à Pierre : que devons-nous faire ? (toujours la croyance en un Dieu exigeant de nous de ce que nous devons faire pour mériter le salut) Pierre de répondre : se convertir (se tourner vers Dieu tel qu’il s’est fait voir en Jésus), recevoir le baptême au nom de Jésus Christ (donc un don gratuit) et recevoir (encore un don) le don de l’Esprit Saint. Conclusion : trois mille personnes ce jour-là accueillent cette parole, reçoivent le baptême et l’Eglise est née !

** Dans Saint Jean au soir de Pâques le don de l’Esprit, le premier jour de la semaine. Les Dix sont réunis au Cénacle, les portes verrouillées par peur des Juifs. Et Jésus  vint et il était là au milieu d’euxBelle image de l’Eglise. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! ». Pas même évocation de leur fuite le vendredi saint ni du reniement de Pierre, mais la main tendue de la paix, la réconciliation. Jésus leur montre ses mains et son côté : pour bien dire notre foi en Jésus Crucifié et VivantLes disciples sont remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau le message de paix et ajoute : « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : «Recevez l’Esprit Saint. A qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus ». Paix, joie, envoi et souffle, toutes des qualités essentielles pour le disciple de Jésus. Comment vivre de ses qualités ? De nos propres dynamismes ? C’est pourquoi Jésus fait le don de l’Esprit  de Dieu dont la qualité est toujours d’être dynamique avec ce que ce mot comporte d’élan, joie, paix, se savoir envoyé, souffle : Lui le premier a ces qualités manifestées dans la vie de Jésus, le premier homme à être inspiré de l’Esprit Saint. Vos péchés seront remis, vos échecs à vivre en envoyés de Dieu : cela me fait penser que lors de l’absolution au sacrement de la réconciliation le prêtre dit : ‘Il nous a envoyé son Esprit pour la rémission des péchés’.

*** Pour nous, la Pentecôte se trouve résumé dans le Credo de Nicée-Constantinople : «Croire en l’Esprit Saint qui est Seigneur et donne la vie ». L’Esprit le vivifiant !  La Pentecôte : voir l’Esprit de Dieu pénétrer notre esprit humain afin qu’ensemble avec lui nous puissions discerner comment dans le concret de notre vie faire advenir le Règne de Dieu en nous sachant envoyés pour mettre en pratique notre découverte.

*Jean Baptiste : J’ai vu l’Esprit  tel une colombe descendre du ciel et demeurer sur lui : c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint. J’ai vu et j’atteste qu’il est lui le Fils de Dieu (Jo, 13,2)

**Comme l’a dit l’Ecriture :’De son sein couleront des fleuves d’eau vive’ Jésus désignait ainsi l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui. Il n’y avait pas encore d’Esprit parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. (Jo7,38)

***Moi, je prierai mon Père : il vous donnera un autre Paraclet qui restera avec vous pour toujours. C’est lui l’Esprit de vérité…Vous le connaissez, car il demeure auprès de vous et il est en vous (Jo 14, 17)

****Le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit (Jo 14,26)

*****Lorsque viendra le Paraclet que je vous enverrai d’auprès du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra lui-même témoignage de moi ; et à votre tour vous me rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi depuis le commencement (Jo, 15,26)

******Cependant je vous ai dit la vérité : c’est votre avantage que je m’en aille ; en effet, si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous ; si, au contraire , je pars, je vous l’enverrai…J’ai encore beaucoup de choses à vous dire , mais actuellement vous n ‘êtes pas à même de les supporter ; lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière , car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu’il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir. Il me glorifiera car il  recevra de ce qui est à moi et il vous le communiquera (Jo16, 7 13-14

*******Jésus dit : « tout est accompli » en grec « le but est atteint » et inclinant la tête il remit son esprit (Jo19, 30)