Synode des jeunes

Dans le cadre de la préparation du prochain IMG-20170423-WA0005_jpgsynode des jeunes sur le thème «Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel», qui aura lieu en octobre 2018 à Rome, les évêques de Belgique ont adressé une lettre aux jeunes de notre pays. Objectif: aider les évêques à préparer le synode afin de remonter les attentes de la jeunesse au Vatican.

 
 

Message du pape François

« J’ai la joie de vous annoncer qu’en octobre 2018 se célébrera le Synode des Évêques sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Je vous ai voulu au centre de l’attention parce que je vous porte dans mon cœur. (…) L’Église désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi ; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que « souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur » (Règle de Saint Benoît III, 3). »

Outre, la lettre des évêques et un questionnaire qui peuvent être consultés et complétés via le site Cathobel, un nouveau site est désormais disponible afin de répondre en ligne au questionnaire de la Conférence épiscopale. Son adresse: Synodedesjeunes.be.

« Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs! », avait déclaré le pape François aux jeunes du monde entier lorsqu’il a annoncé ce synode des évêques.

Cette consultation de l’Eglise mondiale commence par une consultation dans chaque pays qui devrait être clôturée d’ici fin octobre 2017. « La démarche de préparation synodale est une très bonne nouvelle pour toutes les personnes en lien avec la jeunesse! Elle nous dynamise et nous stimule dans notre mission au service des jeunes et surtout peut nous aider à renouveler et ajuster nos pratiques », évoquent notamment Mgr Jean Kockerols, évêque référendaire pour les jeunes, Catherine Jongen, coordinatrice de la Liaison de la Pastorale des Jeunes (LPJ) et Sœur Marie-Jean, coordinatrice du Centre National des Vocations (CNV). Ils ajoutent: « Nous désirons vivement encourager, soutenir et accompagner ce qui va pouvoir se déployer autour de cette préparation synodale dans les diocèses, paroisses, mouvements de jeunes (scouts, guides, patro), communautés, prisons, mouvements variés, écoles, universités, kots à projets… Tous ceux qui se sentent concernés par la question des jeunes et de leur cheminement spirituel (parents, grands-parents, éducateurs…) sont largement invités à vivre ce chemin vers le synode. C’est la raison pour laquelle, nous vous proposons dans ce document des pistes concrètes: d’une part, le ‘document préparatoire’ à travailler entre ‘animateurs de jeunes’, de l’autre, un voire deux questionnaires à diffuser le plus largement et à faire remplir par les jeunes. »

Lire la lettre et les questionnaire des évêques

Lire la lettre du pape François aux jeunes

 

Les évêques belges proposent une Charte de bonne gestion des biens d’Eglise

Les évêques de Belgique ont publié une Charte reprenant une série de principes de base de bonne gestion des biens d’Eglise.

Un communiqué du service de presse de la Conférence épiscopale belge,Evequesbelges publié ce jeudi 11 mai 2017, indique que les évêques de Belgique ont rédigé une Charte à propos de la gestion des biens d’Eglise. Ils y proposent un certain nombre de directives de bonne gestion à tous ceux qui assument une responsabilité de gestion matérielle et financière dans l’Eglise.

Les évêques de Belgique précisent que cette Charte s’inscrit dans une approche évangélique et ecclésiale: « Comme chrétiens, nous sommes invités à mettre en pratique l’enseignement du Christ. Les Evangiles citent à plusieurs reprises le Christ en réponse aux questions de gestion patrimoniale. » Et d’ajouter: « De nombreux documents de l’Eglise nous placent également devant nos responsabilités de chrétiens dans les domaines économique et social », citant au passage quelques phrases de l’exhortation apostolique post-synodale du pape François « Evangelii gaudium ».

Qu’est-ce que les biens d’Eglise?

A cette question, la Charte est très claire. Elle stipule: « Par ‘bien d’Eglise’, il faut entendre tout bien mobilier ou immobilier qui a été donné, confié ou vendu à l’Eglise et dont la gestion est confiée à des personnes mandatées en son sein. Il s’agit souvent d’un patrimoine stable constitué au fil du temps par un travail acharné et souvent par la générosité des fidèles. Il ne peut donc pas être aliéné sans discernement collégial. Ces biens matériels sont nécessaires à la réalisation de la mission de l’Eglise. Ils sont dès lors administrés dans un esprit de charité, de continuité, d’efficacité et de transparence. »

La Conférence épiscopale précise que la Charte est rédigée dans un esprit de service et de responsabilité collégiale pour le bien de l’Eglise. En plus d’une série de principes généraux qui s’appliquent à toute gestion de biens, quel qu’en soit le détenteur, la Charte contient également des recommandations et des directives concrètes entre autres concernant les opérations financières, le patrimoine immobilier et la gestion des œuvres d’art et des archives.

Les évêques demandent à tous ceux qui sont chargés d’une responsabilité de gestion dans l’Eglise de se conformer scrupuleusement à ces principes. La Charte fera l’objet d’une évaluation et si nécessaire d’une mise à jour par la Conférence épiscopale tous les cinq ans.

Précisons encore que la brochure d’une vingtaine de pages sera diffusée via les diocèses mais on peut également se la procurer dans les Centres Diocésains de Documentation (CDD) au prix de 2,5 euros.

Lire la Charte

Source : 11 mai 2017 par  : Cathobel.be

Cours de religion catholique

Les évêques belges ont envoyé une lettre aux parents francophones dont les enfants sont inscrits au cours de religion catholique dans l’enseignement officiel ou public.

Voici le texte de cette lettre :

Chers Parents,

Que vos enfants fassent partie du réseau libre catholique ou de l’enseignement officiel (Fédération Wallonie-Bruxelles, Provinces, Communes), cette lettre vous est directement adressée. Elle a pour but de vous informer sur la situation du cours de religion et de vous donner notre avis, en tant qu’évêques de Belgique francophone, à ce sujet.

En effet, depuis la Déclaration de politique communautaire de juillet 2014, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé d’introduire un cours d’Education à la Philosophie et à la Citoyenneté. Dans la même déclaration, il est prévu que les cours philosophiques donnés dans l’enseignement officiel (cours de religion, cours de morale) passent de deux heures/semaine à une heure/semaine.

Par conséquent, dans l’enseignement officiel, le cours de religion catholique fait toujours partie de l’horaire à raison d’une heure par semaine. Dans l’enseignement libre catholique, le cours de religion catholique fait partie de l’horaire à raison de deux heures par semaine.

Nous prenons acte de ces décisions, qui sont le résultat de multiples débats. En même temps, nous nous réjouissons du fait que le cours de religion catholique soit toujours proposé dans les écoles. En effet, supprimer le cours de religion catholique signifierait reléguer les convictions religieuses à la seule sphère privée, ce qui, pour un Etat démocratique, serait un appauvrissement. Garder un cours confessionnel de religion, c’est inciter chaque religion à se présenter de manière cohérente et pédagogique ; c’est encourager les enseignants et les élèves à s’ouvrir à un esprit critique et à développer une pensée libre ; permettre d’entrer dans une culture de débat avec d’autres convictions religieuses ou laïques ; apprendre à argumenter de manière rationnelle pour présenter un point de vue personnel et enfin, favoriser un meilleur vivre-ensemble. On évite ainsi d’entrer dans la spirale des fondamentalismes et des replis identitaires.

Nous remercions et encourageons sans ambiguïté ceux qui sont engagés dans l’éducation des enfants et des jeunes en enseignant la religion catholique, dans le respect des différences et dans la recherche d’une meilleure cohésion sociale dans notre société multiculturelle. Nous invitons les parents à continuer à inscrire leurs enfants au cours de religion, si ceux-ci étudient dans l’enseignement officiel.

Maintenant que des décisions sont prises, allons de l’avant et faisons pleine confiance à la compétence des maîtres et professeurs de religion catholique. Leur cours contribue au plus grand bien de vos enfants.

conference_episcopale_2016-002Jozef De Kesel, Archevêque de Malines-Bruxelles
Guy Harpigny, Evêque de Tournai
Remi Vancottem, Evêque de Namur
Jean-Pierre Delville, Evêque de Liège
Jean-Luc Hudsyn, Evêque auxiliaire pour le Brabant Wallon
Jean Kockerols, Evêque auxiliaire pour la ville de Bruxelles
Pierre Warin, Evêque auxiliaire de Namur