Méditation en ce jour de l’Ascension

Jeudi de l’Ascension du Seigneur 21 mai

Il est bon de situer cette fête dans le cadre du mystère pascal dont elle est un joyau. Tout d’abord un mot sur le nom de Pâques. Le mot vient d’un mot hébreu qui signifie passage.

Pour le peuple juif la pâque au singulier – il n’y a qu’un seul passage -est toujours une grande fête. On fête le passage par voie de libération de l’esclavage du peuple en Egypte vers la liberté de la Terre Promise lors de l’exode sous la guidance de Moïse. C’est la naissance du peuple libéré en route vers sa terre. Pour les juifs  ce point d’aboutissement se situe à la fin des temps en Dieu.

Les  Pâques chrétiennes – au pluriel parce que deux  passages- : passage de la vie du Messie en sa mort et ensuite le passage du Messie mort en la vie en Dieu. Ce qui est constitutif pour les chrétiens, c’est de se savoir entrainés gratuitement sur ce parcours de Jésus, par la mort au péché et la vie en Dieu. Le mystère pascal que nous célébrons nous associe aux  Pâques de Jésus. Or ’le passage de la mort à la vie’ pour Jésus, tout comme pour nous, peut se lire en trois étapes qui sont autant de facettes du mystère pascal. Pour l’homme Jésus il y a le passage ‘de la mort à la vie’ évoqué dans les évangiles par les récits de Résurrection au tombeau vide de Jésus et lors de ses apparitions aux disciples pendant 40 jours. Il y a le passage de l’homme Jésus en Dieu évoqué par l’Ascension, l’homme-Dieu membre de notre humanité, passant dans l’intimité divine. Il y a enfin Jésus toujours vivant priant son Père d’envoyer au sein de la communauté des chrétiens l’Esprit Saint, événement que nous célébrons à la Pentecôte 50 jours après Pâques.

Pâques, Ascension et Pentecôte trois aspects d’une même histoire d’amour, histoire qu’on nous relate dans une succession chronologique de trois événements, alors que c’est la même réalité de l’amour de Dieu pour les hommes. Il y a donc interpénétration entre ces trois récits. Le même amour de Dieu préside en ces trois révélations.

En ce jour de l’Ascension du Seigneur auprès du Père nous rendons grâces à Dieu pour la réussite de Ja vie de Jésus modèle pour tous les hommes : ce qu’il a fait de sa vie, nous les hommes appelés à être  images du Christ le Fils de Dieu et le Fils de l’homme. Nous nous savons appelés à suivre ce même parcours, afin  de recevoir gratuitement la même destinée de Jésus : vivre de la vie divine, entrer dans la ronde de l’amour entre Père, Fils et Esprit

Comment les textes du Nouveau Testament nous relatent-ils à la fois le signe et la signification de l’Ascension ?

Marc le plus ancien des évangélistes n’en dit rien, même que pour lui Pâques se limite au tombeau vide et un message aux femmes : « Jésus n’est pas ici, il est ressuscité ; dites à Pierre qu’ils aillent en Galilée, c’est là qu’ils le trouveront ». Et les femmes ne disent rien. Ceci est de la main de Marc, trop bref pour d’aucuns qui ont longtemps après ont ajouté au texte un résumé de ce qu’on trouve dans les autres évangélistes à propos des apparitions de Jésus, avec une précision qui leur est propre quant à  l’Ascension : « Le Seigneur Jésus après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu » relevant ainsi la dignité de Jésus, comme point d’orgue.

Matthieu raconte que ces mêmes femmes reçoivent la mission d’annoncer aux apôtres que Jésus se manifestera en Galilée à ses disciples sur la montagne .Voilà qu’elles courent annoncer aux siens lorsque Jésus vient à leur rencontre avec la même mission : sauf que lui, Jésus parle non pas de disciples mais de frères. Grâce à la Résurrection de disciples nous sommes devenus frère.  Là sur la montagne Jésus leur donnera la mission d’annoncer la Bonne Nouvelle à toutes les nations et « je serai avec vous jusqu’à la fin des temps »  Cette rencontre sur la montagne en tous cas évocation de l’Ascension !

Luc tant dans son évangile que dans les Actes des Apôtres raconte l’Ascension montée au ciel, celle-ci  dans son évangile au soir de Pâques, dans les Actes 40 jours après, comme prélude à la venue de l’Esprit Saint à la Pentecôte.

Selon l’évangile le soir de Pâques Jésus évoque le parcours de mort  et Résurrection comme annonce de la conversion et du pardon des péchés « dont vous êtes témoins. Et moi je vous enverrai  sur vous ce que mon Père a promis. Demeurez en ville jusqu’à ce que vous soyez d’en haut revêtus de puissance. Puis il les mena jusque vers Béthanie où levant les mains il les bénit. En les bénissant il se sépara d’eux et fut emporté au ciel ».

 Selon les Actes 40 jours après Pâques Jésus réunit ses apôtres : « Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous. Vous serez mes témoins à Jérusalem, la Judée, la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre » A ces mots sous leurs yeux, il s’éleva et une nuée vint les soustraire à leurs regards. Comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se trouvèrent à leur côté et leur dirent : « Gens de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui vous a été enlevé pour le ciel viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel »

Jean ne fait aucun descriptif de la montée au ciel ni ne situe celle-ci comme expression de Jésus ressuscité. Toutefois dans son dernier A Dieu la veille de sa mort Jésus parle de ce qu’il retourne au Père après quoi il reviendra auprès des disciples pour les  emmener là où il sera auprès du Père, partageant sa vie divine. Il y a comme une ascension en deux temps, d’abord lui Jésus, ensuite lui avec ses disciples.

Alors l’Ascension pour le Père ? Un sommet, une réussite pour Lui, une fin d’une belle histoire ? Oui, mais je ne m’imagine pas le Père sur son trône, le Fils à sa droite : tous deux assis. Non, le Père doit toujours à son affaire, être à l’écoute de Jésus et ainsi à chaque instant être  au travail pour envoyer l’Esprit Saint.

L’Ascension pour le Fils une fin de carrière ? Non, certes un merveilleux sommet pas une fin: Jésus est au présent don du Père afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. Il a encore beaucoup de pain sur la planche avant que tout homme mette sa confiance en lui et que la Bonne Nouvelle de Jésus soit accueillie.

L’Ascension pour l’Esprit Saint ? Un point de départ, envoyé qu’il est pour rejoindre l’esprit de tout homme afin qu’ensemble, l’Esprit de Dieu  et  l’esprit humain, réalise le but assigné par le Père, l’accès à  la vie éternelle. Mais aussi point d’arrivée puisque l’Esprit créateur a donné vie aux hommes, a assuré le développement de l’ancienne Alliance,  a pris sous son ombre  Marie pour qu’elle conçut Jésus, que lui Jésus reçoive dans le souffle de Dieu sa mission au baptême, que Jésus soit inspiré en gestes et en paroles pour dire le Royaume de Dieu , soit donné à Jésus  la force de remettre son esprit sur la croix, passage obligé pour aller au-delà, pour vivre de la vie de celui qu’on appelle l’Eternel

L’Ascension pour tout homme ? Un grand moment d’espérance : l’homme reçoit la certitude dans la foi qu’au bout de la vie sur terre. ll y a la vie comme partage de vie de Dieu, à condition de discerner le parcours à suivre pour arriver au  but, qui est à la fois réussite  pour Dieu et pour nous. Un présent qui est signe d’avenir. La vie de Jésus devient exemplaire pour la réussite de notre vie. Mais pour nous une mise au travail en reprenant ce que Jésus a fait, que nous puissions donner vie au monde, pour faire savoir que nous ne sommes pas orphelins,

 Mais que Dieu, Père, Fils et Esprit nous est bien présent.

 
Père Jean