15ième dimanche ordinaire

1re lect. : Is 55, 10-11
Ps : 64, 10abcd, 10e-11, 12-13, 14
2e lect. : Rm 8, 18-23
Évangile : Mt 13, 1-23 (ou bien : 1-9)

Matthieu 13, 1-23 :  Jésus nous fait découvrir le Royaume de Dieu par le langage des paraboles. La parabole du semeur met en évidence l’initiative de Dieu qui sème généreusement partout, même là où la graine ne produira rien : à l’homme de refuser ou d’accueillir la Parole semée. Il ne faut pas croire que Dieu la réserve à une élite d’initiés, au contraire il se plaint du manque de foi du peuple qui voit sans voir, qui entend sans entendre et refuse la conversion. Cependant, la Parole portera ses fruits malgré les oppositions : le rendement est excellent, malgré les défauts du terrain et les pertes à déplorer, malgré le rejet pur et simple de l’homme ou son enthousiasme éphémère.

Nous poursuivons la lecture continue de l’évangile selon St Matthieu. Nous arrivons à une étape où Jésus livre son enseignement à travers un langage particulier : les paraboles. Matthieu aligne sept paraboles l’une après l’autre. La parabole du semeur que nous écoutons ce dimanche, Jésus a pris la peine de la décoder pour nous, tout comme il prend la peine de dire pourquoi il parle en paraboles : amener à se convertir ceux qui veulent bien entendre. Le contexte, comme dimanche dernier, est que Jésus essuie un gros échec auprès des grands, mais il continue à semer la parole et il voit même beaucoup de réussite là où le raisonneur verrait un gaspillage, un travail inutile. Dieu est un semeur peu raisonnable ! Et pourtant…

Il ne faut donc pas se tromper sur la citation du prophète Isaïe. Jésus parle aux foules en paraboles. Le soir dans l’intimité, ses apôtres et disciples reçoivent un complément d’explications. On croirait que Dieu se choisit des privilégiés, des initiés qui ont accès à un enseignement ésotérique, tandis qu’il endurcit le cœur des autres… Dieu ne fait pas de différence entre ses enfants, seulement il y en a qui ont des oreilles pour écouter, des yeux pour voir, un cœur pour se convertir… et d’autres non. La vérité de Dieu ne se dévoile que dans l’intimité et la confiance ; la Parole de Dieu reste hermétique et inaudible pour celui qui veut la comprendre en dehors de la foi. Il s’agit de cœurs disposés à écouter ou au contraire de cœurs qui se ferment. Dimanche dernier, Jésus exultait de voir les humbles accueillir sa parole, celle-ci restant cachée pour les savants. Les sages peuvent devenir humbles, question de patience et de volonté.

Homélie de Vénuste :