« Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer le décès accidentel de Jean-François Grégoire à la suite d’une chute. En union de prière pour lui et sa famille. »

« Un espace de prière a été aménagé dans le baptistère de l’église à la mémoire de Jean-François. A partir du vendredi 20 novembre, vous y trouverez également un recueil de condoléances réservé à tous vos messages. Les mesures sanitaires en place actuellement ne nous autorisent malheureusement que ce petit geste. Nous espérons cependant pouvoir envisager un hommage paroissial plus conséquent dès que la situation nous le permettra. »
L’EAP

Un beau portrait de Jean-François.

Et quelques temoignages

Vous trouverez la messe pour Jean-François ici.

Si vous souhaitez manifester votre amitié, à la place des fleurs, la famille souhaite plutôt offrir une aide aux prisonniers : vous trouverez ci-dessous le texte que Jean-François avait demandé de diffuser, comme il le faisait chaque année à la veille de l’Avent.

L’Avent en prison

Comment vivra-t-on le temps de l’Avent, cette année ? À distance les uns des autres ? Masqués ? Confinés ? L’isolement, la souffrance de l’isolement, tout le monde l’expérimente depuis des mois, mais certains plus que d’autres : les personnes âgées, celles dont les ressources sont précaires, les détenus dans les prisons…

Pourtant, on pourrait dire (et on ne s’est pas faute de le prétendre) que ceux-ci (les détenus) ne manquent pas d’expertise en matière de confinement : ils connaissent cette situation sur le bout de doigts. On n’imaginait sans doute pas à quel point la rigueur de l’isolement pouvait être accrue !

Une des joies des détenus, ce sont les visites des proches, des amis. Ça coupe la semaine. On se parle de choses et d’autres. On se met au courant. On sort des murs, l’espace de quelques quarts d’heure. Or, ces temps-ci, et pour des raisons qu’on peut comprendre (mais tout de même ! …), ces moments-là de convivialité sont réduits à la portion congrue, parfois supprimés – éventuellement remplacés par des entretiens vidéo. Même sur place, il est difficile d’entrer en contact : on reste coincé dans son aile, pour les préaux, pour les cultes (lorsqu’ils sont permis, ce qui est devenu extrêmement rare), pour les activités, etc.

Plus que jamais, comme aumônier(e)s nous pensons que ce que nous avons de mieux à faire durant cette bizarre période, c’est de nourrir la relation – en rendant visite en cellule ou en recevant les détenus à l’aumônerie, mais aussi en facilitant la communication, sachant qu’en prison, le courrier est encore bien utilisé.

Bref, concrètement, nous vous serions très reconnaissants, cette année, de rassembler des timbres, éventuellement des agendas – et peut-être aussi quelques jeux comme les jeux de cartes, d’échec ou de dames, histoire de « passer le temps ». Nous ferons l’impasse sur d’autres dons que vous faisiez régulièrement, afin d’éviter des manutentions ou des échanges peut-être imprudents.

Cela dit, vous pouvez toujours utiliser le compte de l’aumônerie BE68 5230 8086 4834 (de l’aumônerie catholique de la prison de Nivelles, rue du Burlet, 4, à 1400 Nivelles). Déjà un tout grand merci pour ce que vous pourrez faire en faveur de l’aumônerie et, par elle, pour les détenus. Excellentes fêtes de fin d’année, quelle que soit la manière dont nous pourrons les vivre.

Pour l’aumônerie catholique de la prison de Nivelles,

Annie-Eve Ouattara, Jean-François Grégoire

Catégories : Autour de la paroisse